Solidarité

"Soutenir une cause sérieuse dans la bonne humeur"

En 2014, Philippe, touché par la maladie, lançait une journée « Bonheur contre le cancer » dans son village, Castelnau-Montratier (46), pour sensibiliser sur les cancers et aider la recherche. Depuis, Phil’Anthrope, l’association qu’il a créée, poursuit son engagement avec plus de 161 000 euros de dons collectés et reversés principalement à la recherche de l’Oncopole mais aussi au service pédiatrique de Gustave Roussy, aux comités du Lot et du Tarn-et-Garonne de la Ligue contre le cancer, et à l’hôpital de Cahors. Entretien avec Béatrice Ruaux, présidente de Phil’Anthrope depuis 2020.

Vous n’avez pas pu organiser, l’année dernière, les événements que vous organisez traditionnellement ?

B. Ruaux : Seule une crise sanitaire comme le Covid-19 pouvait nous empêcher d’organiser la 7e journée à Castelnau et la 5e édition d’un « village contre le cancer », à Camburat situé à quelques kilomètres, l’année dernière. Philippe et sa femme Emmanuelle ont su insuffler dès le départ une extraordinaire dynamique et les citoyens ont répondu présents ! Le concept plaît : une journée d’animations sportives et culturelles, une conférence animée par des professionnels, un repas festif et convivial. En 2016, Phil’Anthrope, s’exporte à Camburat. Delphine, une amie proche de Philippe, organise à son tour une journée qui remporte un gros succès et sera renouvelée tous les ans. En 2018, d’autres opérations ponctuelles sont menées par la ferme pédagogique Rousson dans le Gard.


Vous avez participé à toutes les éditions de la Journée bonheur contre le cancer…

Oui, comme bénévole, puis trésorière et maintenant présidente. A chaque édition, nous avons apporté une nouveauté dans la programmation ! Les Castelnaudais tiennent beaucoup à cette journée, les premières réservations arrivent très tôt, beaucoup de jeunes comptent parmi nos bénévoles. Le repas du soir rassemble 600 participants, la conférence plus de 300, les animations sportives 300 aussi. Pour un village de 1 800 habitants, ce n’est pas rien ! Et à Camburat, c’est la même chose.


Allez-vous pouvoir organiser la Journée cette année ?

Nous l’espérons mais nous avons encore peu de visibilité. Une journée comme la nôtre s’organise plusieurs mois à l’avance… pour le moment nous prévoyons des animations sportives en attendant d’en savoir un peu plus sur les mesures sanitaires. 

www.bonheur-contre-le-cancer.fr

 

Retour

44 000 euros pour la recherche contre les glioblastomes

44 000 euros pour la recherche contre les glioblastomes

44 000 euros, c’est la somme des deux subventions de l’ARTC* en 2020 pour soutenir 2 projets @Oncopole.

Une enveloppe de 18 000 euros a été attribuée au projet porté par le Dr Julien Nicolau et une de 26 000 euros pour un projet mené par le Pr Emmanuelle Uro-Coste au sein de l’équipe 11 du CRCT (Pr Elizabeth Moyal).

« Grâce à l’ARTC Midi-Pyrénées les deux projets vont être lancés dans les prochaines semaines. Un grand merci aux membres et bénévoles de l’association. Leur soutien constant permet d’accélérer nos recherches » a témoigné le Pr Elizabeth Moyal, responsable du département de radiothérapie et chef de l’équipe 11 du CRCT (Inserm-Université Toulouse III – CNRS).


Le projet du Dr Julien Nicolau

Etude in vivo pré-clinique d’un agent radio-sensibilisant inhibiteur du FGFR1 dans le traitement du glioblastome et des mécanismes impliqués.

Objectifs :

  • primaire : déterminer in vivo le potentiel radio-sensibilisant d’un nouvel inhibiteur du FGFR1 sur des souris allogreffées de cellules souches de glioblastome. Confirmation in vivo de l’effet retrouvé in vitro.
  • secondaire : évaluer l’effet sur l’angiogénèse tumorale. Confirmer par immuno-histochimie les voies de signalisation impliquées dans la radiorésistance médiées par FGFR1. Etudier et comparer le transcriptome et le méthylome des cellules souches de glioblastome ayant répondu différemment à l’inhibiteur lors de l’étude in vitro.

 

Le projet du Pr Emmanuelle Uro-Coste

Etude du méthylome des lignées de cellules souches de glioblastome issues de l’essai STEMRI visant à étudier l’hétérogénéité tumorale des glioblastomes. Recherche d’une signature d’agressivité dans les lignées issues des zones métaboliquement actives définies par Spectro-IRM lors de cet essai.
Le méthylome de 34 lignées et de 19 tumeurs initiales sera étudié et permettra de compléter les signatures d’invasion et d’agressivité rapportées et déjà obtenues lors de l’essai STEMRI et d’obtenir le typage de chaque glioblastome.

 

*L’Association pour la recherche contre les tumeurs cérébrales (ARTC) Midi-Pyrénées