Cancers ORL

L’avancée des chirurgies mini-invasives

Le professeur Sébastien Vergez est oto-rhino-laryngologiste et chirurgien cervico-facial. Ses recherches portent actuellement sur les chirurgies dites « mini-invasives », une révolution en matière de confort chirurgical.

En quoi consiste votre activité de chirurgien ORL en cancérologie ?

Les principaux cancers ORL concernent la bouche, la gorge, les sinus, les glandes salivaires, la tyroïde, la peau ; bref, tout ce qui touche au visage excepté le cerveau. Mon rôle est d’examiner, de traiter, d’opérer. Le chirurgien est celui qui lance les premiers bilans par imagerie ou par prélèvements profonds au bloc.

Ensuite, le dossier du patient est examiné lors des réunions de concertation pluridisciplinaires (avec les radiologues, oncologues, radiothérapeutes…) pour définir le traitement le plus adapté en fonction du stade de la tumeur, des caractéristiques de la personne… Chaque cas est particulier. Le chirurgien est aussi celui qui annonce le diagnostic et le traitement. La plupart des patients sont opérés. La chirurgie peut être très rapide (30 minutes)… ou durer 12 heures ! Notre objectif premier est de vaincre le cancer, mais toujours dans le souci de préserver au maximum l’apparence, l’enveloppe externe, très importante pour le patient.

 

Quelle est votre spécialité ?

Dans l’équipe, chaque chirurgien a sa spécialité, en plus de l’activité ORL de base. Mes recherches portent sur les techniques de chirurgie mini-invasives, qui ont pour objectif de limiter au maximum les séquelles du traitement. Nous disposons à l’IUCT Oncopole d’un robot chirurgical qui permet de retirer certaines tumeurs en passant par la bouche. Pour ma part, je travaille plus particulièrement sur l’endoscopie endonosale, qui consiste à passer par les narines pour atteindre la base du crâne et les sinus.

Cette technique donne la possibilité d’enlever certaines tumeurs bien sélectionnées sans passer par la boîte crânienne. Cette technique offre un bon confort chirurgical et des suites beaucoup moins lourdes.

 

Selon vous, quelles sont les clés du bon fonctionnement de votre équipe ?

Je suis fier de pouvoir dire que l’équipe ORL de l’IUCT Oncopole est souvent prise en exemple à ce sujet. Les équipes des deux institutions CHU / Institut Claudius Regaud réunies sur le site ont été dès le départ motivées pour que la fusion marche, même si chacune a dû modifier son fonctionnement. La clé est sans doute d’avoir su placer le patient au cœur du système, et faire en sorte que sa prise en charge soit la plus fluide possible. Nous sommes très attentifs à l’interaction entre les différents corps de métiers, au  moment des consultations par exemple.

Les discussions collégiales sont quotidiennes, et les patients le ressentent.

 

Vous êtes depuis peu chef du département de chirurgie…

En effet. Ma mission est de faire en sorte que ce département à l’expertise élevée soit reconnu à sa juste valeur. Il y a beaucoup de bonnes volontés et un vrai niveau d’excellence. Aujourd’hui, le département travaille sur de nombreux projets d’innovation.

 

Que faites-vous pour vous détendre en dehors de votre travail ?

Je passe beaucoup de temps au travail, un peu trop. Ma famille et mes trois enfants sont les piliers de mon équilibre.

J’adore voyager en famille. J’aime le sport, le ski, le squash que je pratique modestement… et le baby foot. J’apprécie particulièrement d’y jouer avec mes collègues de l’équipe ORL !